Avis d'expert - Antoine Collomb-Patton

Actualités

Rencontre avec Antoine Collomb-Patton. Membre de l’équipe de France de ski nordique handisport...

Antoine Collomb-Patton fait partie de l’équipe de France de ski nordique handisport où il concoure dans la catégorie sourd. Depuis 2020, il est soutenu dans son ascension de sportif de haut niveau par le Groupe Monod qui a été son tout premier soutien. Rencontre avec Antoine qui est actuellement en pleine préparation pour sa saison 2023-2024.

Comment avez-vous débuté ? Racontez-nous votre parcours de sportif ?
Mon papa était moniteur de ski, j'ai tout naturellement chaussé les skis dès l'âge de 17 mois. J'ai commencé la compétition en ski alpin au Club des Sports de La Clusaz et je pratiquais le ski de fond en loisirs, avec l'école. Comme je faisais aussi beaucoup de foot en parallèle et notamment de l'arbitrage, j'avais besoin d'améliorer mon endurance, le ski de fond était parfait pour ça. C'est à ce moment-là que je me suis pris au jeu et que j'ai commencé la compétition. Et j'ai eu très vite envie de performer dans cette discipline. C'est en 2020 que j'ai intégré l'équipe de France de ski nordique handisport.


Vous avez déjà un beau palmarès, quels sont vos objectifs pour la saison en cours ?
J'ai été vice-champion de France Handisport nordique en 2020-2021, puis en 2022-2023 et double champion de France entre les deux en 2021-2022 en biathlon et ski de fond. La perspective de pouvoir participer aux Jeux Olympiques pour personnes sourdes et malentendantes, les Deaflympics c'est vraiment le graal. Réussir cette compétition est mon objectif numéro 1 du moment. Je saurai en janvier si je suis sélectionné mais je suis confiant. Représenter la France dans cette compétition sera pour moi une immense fierté.


Quel est votre rêve absolu ?
Depuis que j'ai intégré l'équipe de France handisport, mon objectif a toujours été de participer aux Deaflympics donc ce serait une première étape. Mais au-delà de ça, je m'entraîne aussi beaucoup pour concourir avec les valides. Dès que mon emploi du temps le permet, je participe à des compétitions valides en plus de mon programme de compétitions handisport. Cela me permet de progresser et de travailler mes faiblesses liées notamment à l'équilibre en raison de l'atteinte que j'ai au niveau de l'oreille interne. Du coup je travaille particulièrement la proprioception et je sens vraiment que je vais de l'avant. Je cherche toujours à voir plus loin et à me tirer vers le haut.


Comment se passe votre préparation ?
A vrai dire, je me prépare 11 mois sur 12 ! Je commence dès le mois de mai par travailler l'endurance fondamentale en alternant des séances de footing, de vélo et de musculation et dès le mois de juin je rajoute des sessions de ski à roulettes. Tout au long de la saison d'été, j'essaye de varier au maximum les sports et les entraînements et dès la rentrée, je réduis le vélo pour faire de plus en plus de ski à roulettes. Je commence à reskier sur la neige à partir de fin octobre en général. L'occasion de se décrasser et de repartir sur les chronos. Cet automne, j'ai vu que j'avais encore grignoté des minutes, que ce soit en skating ou en alternatif.


Cela représente combien d'heures d'entrainement en moyenne ?
Tout dépend des phases d'entraînement. J'ai en gros 3 programmes avec des charges différentes : lorsque je suis en récupération, je fais 8 à 12h de sport par semaine. En phase intermédiaire, j'oscille entre 12h et 20h et en mode intense, je dépasse les 20 heures par semaine.


Vous avez une activité professionnelle, comment concilier les deux ?
Je travaille depuis 8 ans à temps plein comme technicien outilleur mouliste au sein du Groupe Gallay (TSL Equipement, Injection 74 / Odem 74). Habituellement je travaille de 5h à 13h tous les matins, ce qui me permet d'avoir mes après-midis libres pour m'entraîner. Mais pour cette saison, nous avons trouvé un accord pour que je travaille à mi-temps, d'octobre à fin mars. Cela me permet de dégager davantage de temps dans l'objectif de la préparation des Deaflympics qui se dérouleront du 2 au 12 mars 2024 en Turquie. Un mécénat a pu être mis en place avec la Fédération Française Handisport pour me permettre cet aménagement et mes employeurs sont derrière moi, ils me soutiennent et c'est très important pour moi.


Qu'en est-il de votre partenariat avec le Groupe Monod ?
Je connaissais déjà Grégory Monod qui soutenait le club de foot de Chilly dont j'ai fait partie. De fil en aiguille, en 2020, l'année où j'ai intégré l'équipe de France, ce partenariat avec le Groupe Monod a été enclenché. C'était mon premier partenariat avec une entreprise et cela m'a permis de mettre le pied à l'étrier.


Qu'est-ce que ce partenariat vous apporte sur le plan sportif ?
Grâce à mes partenariats, je peux payer les déplacements, les hébergements mais aussi l'achat de matériel. Sans cela ce serait vraiment difficile pour moi de financer la participation aux compétitions. Et puis je me sens plus serein parce que je sais depuis le départ que je peux compter sur le soutien du Groupe Monod jusqu'aux JO.


Et sur le plan humain ?
Le soutien du Groupe Monod est aussi très important pour moi sur le plan personnel. J'ai l'impression d'appartenir à un collectif. Avec les autres sportifs soutenus, nous sommes invités à participer à des journées de rencontre dans l'entreprise, à partager des moments avec les salariés. Cela nous permet de tisser un réseau plus large et d'échanger avec différentes personnes.


Cela vous a-t-il ouvert d'autres portes ?
Bien sûr, lorsqu'une entreprise locale qui a de l'influence nous fait confiance, c'est un cercle vertueux et cela permet de nous faire connaître. Je fais d'ailleurs partie de la promotion 2023/2025 de la Team Annecy Sport. Suite à un appel à projet lancé par la Ville d'Annecy, nous avons été 10 sportifs amateurs de haut niveau à avoir été retenus sur 200 athlètes afin de devenir les ambassadeurs d'Annecy et de porter les valeurs de notre discipline. En novembre dernier, j'ai été invité à participer à la cérémonie des Trophées des sportifs de la ville d'Annecy dédiée aux athlètes locaux qui ont performé aux niveaux national et international et lors de laquelle la Team Annecy Sport a été présentée.


Quel est votre meilleur guide ?
Le plaisir ! Tant que je me fais plaisir, je continue. J'ai le sens du dépassement et je suis heureux de représenter mon territoire. Et je me sens soutenu par les acteurs de ce territoire, donc tout ça me porte à voir toujours plus loin.

Antoine Collomb-Patton, skieur en équipe de France Handisport est soutenu par le Groupe MonodVoir l'image en grand

Pour suivre toute l'actualité d'Antoine Collomb-Patton, c'est ici :

Groupe Monod
Publié le 18 décembre 2023